Souldia

Souldia pense le rap comme on aiguise un couteau. C’est avec une plume d’une dangereuse précision et une verve tout aussi tranchante qu’il impose sa présence charismatique sur la scène québécoise depuis vingt ans.




Souldia

Souldia pense le rap comme on aiguise un couteau. C’est avec une plume d’une dangereuse précision et une verve tout aussi tranchante qu’il impose sa présence charismatique sur la scène québécoise depuis vingt ans.

Né le 24 mai 1985 à Québec d’une mère montagnaise de Pointe-Bleue, Kevin St-Laurent n’a que quinze ans lorsqu’il troque son nom pour un nouveau et lève le ton. Avec un pied dans les centres jeunesse et l’autre dans la rue, le rebaptisé Souldia forme alors le groupe Mafia 03 (aujourd’hui devenu le trio Facekché) accompagné d’Infrak. Les deux acolytes prennent ainsi goût à dépeindre ce qu’ils connaissent le mieux : l’hostilité de la rue, la criminalité qui les entoure, le système qui les oppresse et la rage des quartiers défavorisés de Québec. Se joignent rapidement à eux quelques complices tels que Die-on, Crazy8 et le Dangereux, pour fonder le collectif 187. Grâce aux morceaux «Infraktion», «Maudit», «Check ton dos» et plusieurs autres, le groupe s’impose sans mal comme référence en matière de street rap dans la Vieille Capitale, tandis que les promoteurs de la province se l’arrachent avant même que ce dernier n’ait fait paraître son premier disque dans les bacs. Les concerts se multiplient et les gars de la Basse-Ville de Québec inondent la rue avec des projets tels que «Kracheurdekartouche», «Mauvais poils» et «Underground parazites», albums qui s’avèrent aujourd’hui très rares.

La machine bien enclenchée, Souldia, investi dans sa carrière de groupe, a toutefois faim pour autre chose. Fier de son identité métissée et complexe, c’est en 2009 que le rappeur s’avance finalement en solo et présente sa première offrande intitulée «Art Kontrol». La sortie génère un effet monstre et l’ouragan Souldia s’abat quasi instantanément sur le Québec. Il se produit dans les salles à guichet fermé, et ce n’est que le début d’un succès dont il ne mesure pas encore l’ampleur. À la suite d’une signature chez Explicit Production, l’artiste revient en force avec son groupe Facekché, avec qui il lance successivement les albums «Le visage de l’ombre» (2011), «Le retour de la bête» (2013) et «Les poètes maudits» (2015); ils cartonnent tour à tour.

En parallèle, il dévoile «Double tranchant» (2011) avec le rappeur Saye ainsi que deux albums en son propre nom — «Les origines du mal» (2012) et «Krime Grave» (2014). En 2016, Souldia réussit un doublé. D’une part, il fait paraître «Amsterdam», fruit d’une collaboration mémorable avec Rymz et avec lequel il occupe le haut du palmarès des ventes de la province. D’autre part, son album solo «Sacrifice» connaît un succès fulgurant et s’inscrit comme un incontournable du rap au Québec. Moins d’un an plus tard, il déballe ses idées noires sur «Ad Vitam Aeternam». En 2018, le rappeur frappe encore avec «Survivant», un album où il fait le pari de résumer l’impossible, de raconter la victoire après la traversée des sentiers de la mort. Témoignage d’un survivant d’une étendue et périlleuse aventure et aveu de celui qui fait le point sur sa vie, le long jeu se mérite une couverture médiatique impressionnante et enviable. Tandis que les VOIR, Journal de Québec et Journal de Montréal l’encensent, le palmarès de ZONERAP le qualifie d’artiste rap franco de l’année 2018, en plus de hisser son disque «Survivant» au rang d’album de l’année dans ce genre. En 2019, il récolte ses premières nominations au Gala de l’ADISQ pour «Album de l’année – Rap» et «Album de l’année – Meilleur vendeur». Grâce au vote du public, il remporte de plus la bourse TELUS pour «Ma première nomination» lors de cette même édition du gala. Il s’y illustre de surcroît, dans le cadre du numéro d’ouverture, en compagnie de Koriass, FouKi, Sarahmée et Loud. Toujours en 2019, Souldia s’associe au label Disques 7ième Ciel. Le rappeur donne plus d’une trentaine de spectacles au Québec, dont la moitié affichent complet. Il assure aussi la première partie de Sinik à La Cigale à Paris.

Au printemps 2020, l’artiste de Limoilou réitère avec l’album «Backstage» s’écoulant à plus de 7 000 exemplaires dès la première semaine. Rassemblant une éclatante liste de collaborateurs — Loud, Seth Gueko, Sinik, Rick Pagano, Eli Rose, FouKi, Eman, White-B, Sozi, Tizzo —, celui-ci s’attirera des nominations au Gala de l’ADISQ et au GAMIQ dans la catégorie «Album de l’année – Rap». Quelques mois plus tard, au cœur d’une pandémie prenant tout le monde de court, la redoutable bête de scène confinée se met à l’écriture pour traduire les appels de détresse qu’il entend. En résulteront dix pièces puissantes, figurant sur l’album-surprise «Silence radio». La même année, Souldia et Tizzo se retrouvent dans un chalet de création au milieu de nulle part, entourés d’une solide palette de beatmakers. La rencontre des deux univers donnera naissance, en seulement une semaine, à «OFF», une costaude proposition de 13 chansons lancée le vendredi, 13 novembre 2020.

Après avoir lancé l’impressionnant nombre de trois albums en un an, Souldia atteint aujourd’hui le cap de la première dizaine de longs jeux parus tandis que sa carrière arrive à sa seconde dizaine d’années. En cours de route sinueuse, le prolifique trentenaire n’a cependant jamais forcé les choses; c’est plutôt à son instinct qu’il s’est fié jusqu’ici. Avec «Dixque d’art» (2021), l’irréductible artiste manie avec adresse son habituel crayon coupe-gorge sur seize titres d’un rap impeccable. Pour livrer ce colossal disque qu’il présente sous forme de mea culpa, avoue-t-il, l’artiste s’entoure de collaborateurs de marque tels que Rymz, Shreez, Tizzo, Lost, Trei Ochi, O.Z, LeMind, Helme, Jam Khalil, Woodman, Grodash et Zagata. Sans fausse modestie, l’effet en est saisissant.

En dehors de la scène et du studio, Souldia s’implique à l’écran auprès de la relève avec La fin des faibles, la toute première compétition de rap télévisée au Québec sur les ondes de Télé-Québec, où il siège comme juge aux côtés de Sarahmée et Koriass. Il agit également à titre de mentor pour Jay Jay, un jeune rappeur de Limoilou qu’il a pris sous son aile au cours de la dernière année.

Avec, à ce jour, plus de 150 000 abonnés sur les réseaux sociaux et plus de 50 millions de vues cumulatives sur YouTube, Souldia brasse la cage collective et fédère, vraisemblablement. Mouton noir assumé, il a su se créer une marge à son image où évoluer. Les chiffres grandissants et l’abondance de gens qui le soutiennent lui donnent raison.



Spectacles


Albums

Dixque d'art
2021
Rage de vivre ft. Lost
2021
Ce n'était pas voulu
Ciao (feat. O.Z.)
2021
Les apparences - Single
2021
Souldia X Tizzo - OFF
2020
Souldia X Tizzo - Une ligne // Single
2020
Silence radio
2020
KM (feat. YH) - Single
2020
Rêve de jeunesse - Single
2020
SKRAB - Single
2020
Rouge neige - Single
2020
Mélomane - Single
2020



Vidéos