2011, SOUS LE CIEL DU 7…

23 janvier 2012

Alors que s’écoule les premières semaines de l’an 2012, une année qui laisse présager de grandes avancées pour le label, ici et hors des frontières du Québec, 7ième Ciel Records en est à l’heure du bilan. Une application iPhone innovante permettant d’accéder en quelques clics à l’ensemble des contenus et actualités de ses artistes, un premier Félix remporté dans la cadre du Gala de l’ADISQ, la signature du rappeur de renom Manu Militari… Un bilan plus qu’heureux qui, plus que jamais en 2012, fait de la maison de disque l’une des principales actrices dans le développement et le rayonnement de la scène hip-hop québécoise.

 

ANODAJAY

Pour le fondateur des Disques 7ième Ciel, Steve Jolin, aka Anodajay, l’année qui vient de s’écouler en fut une marquante. Propulsé par l’incroyable succès de son très 80’s et irrésistible Jamais Su — habile relecture du Longtemps, souvent, énormément de Diane Tell resté au Top 15 BDS des radios commerciales du Québec et numéro 1 à MusiquePlus au Top 5 francophone plusieurs semaines durant — qu’il a d’ailleurs interprété en duo avec la grande dame — qui tape un clin d’oeil dans le vidéoclip de l’extrait — à quelques reprises sur les ondes de la télévision de Radio-Canada, à Télé-Québec et  à MusiquePlus, celui que l’on surnomme « le rappeur des bois » a été de plusieurs événements d’envergure. En prestation aux Francofolies de Montréal en ouverture de l’imposant tandem français Akhénaton et Faf Larage, en performance avec Diane Tell à l’Autre Gala de l’ADISQ, où il était aussi en nomination dans la catégorie Album hip-hop de l’année, aux côtés de Samian au Club Soda et sur les scènes suisses … et à titre de président et fondateur des Disques 7ième Ciel, un fier défenseur du développement culturel et entrepreneurial de Rouyn-Noranda. C’est d’ailleurs sur des images de cette «belle de cuivre » que le rappeur soulignait la fin de cette année on ne peut plus charnière, en présentant

le vidéoclip de l’extrait Mon Neighborwood, toujours en rotation sur les ondes de MusiquePlus.

 

SAMIAN

Plus que jamais en 2011, Samian a fait rayonner ses couleurs aux quatre coins de la province et par-delà. En lice pour le Félix de l’Auteur-compositeur de l’année en plus d’avoir vu Face à la musique remporter les grands honneurs dans la catégorie Album hip-hop de l’année au dernier Gala de l’ADISQ, où il a par ailleurs offert une mémorable prestation, le rappeur effectuait à l’automne sa rentrée montréalaise dans un Club Soda bondé et conquis; un spectacle qui, donné aux côtés de ses invités Anodajay, Shauit et Loco Locass entre autres, a su rallier critique et public. Outre des présences

remarquées aux Francofolies de Montréal, au Festival Présence Autochtone, à Vancouver, en Suisse et en France, le rappeur a retenu l’attention en obtenant notamment trois nominations dans le cadre des Aboriginal People’s Choice Music Awards — où il a aussi offert une fougueuse performance —, et le prix de l’album de l’année au Gala Teweikan. Des reconnaissances qui, de pair avec une présence médiatique soutenue ici comme à l’étranger, alimentée notamment par un troisième vidéoclip pour l’extrait So Much et un engagement actif pour la cause du Wapikoni mobile et des jeunes autochtones, dont il a été le porte-étendard toute l’année durant, donnent la pleine mesure de son talent et en font, plus encore, un incontournable de la scène québécoise.

 

DRAMATIK

Amorcée avec le lancement, au Café Campus, du vidéoclip Mon Zion, une production exceptionnelle, parmi les premières vidéos musicales en 3D à paraître au Québec, l’année 2011 en fut une de reconnaissance pour le rappeur vétéran Dramatik. Du Sommet du millénaire pour la jeunesse en mai, des Francofolies de Montréal en juin, puis côtés de Karma Atchyka et Shoody en juillet pour le tournage de Rep ton hood, un projet signé HHQC.com, il remontait sur scène en août avec Muzion, formation pionnière de la scène hip-hop québécoise, pour assurer la première partie du rappeur de renommée internationale Wyclef Jean à Lévis. Trois ans après la parution de son excellent album La boîte noire, le

rappeur devrait en 2012 se consacrer à l’écriture et à la composition de nouveau matériel.

 

KORIASS

Occupé à finaliser la production de son album dans les premiers mois de 2011, travail assidu dont il se détachait tout de même à quelques reprises, entres-autres pour prendre part au Sommet du millénaire pour la jeunesse en mai et pour assurer la première partie de la légende du hip-hop américain DJ Premier au Club soda et d’IAM à Laval, muni de nouveaux titres. Après avoir attiré sur lui l’attention avec la parution, en septembre, d’un premier extrait offert uniquement sur le Web, La mort de Manu (Garde ta job), et un premier vidéoclip, Enfant de l’asphalte, un phénomène YouTube vu près de 190 000 fois depuis sa mise en ligne le 2 septembre, le rappeur dévoilait en octobre son deuxième album, Petites Victoires, devant un Lion D’Or plein à craquer… Parmi les meilleurs vendeurs au Canada à sa sortie, l’album n’a récolté que des éloges, se retrouvant d’ailleurs dans plusieurs des palmarès de fin d’année. Quelques «petites victoires» et un succès non négligeable qui devraient lui assurer une année 2012 bien remplie…