Vous avez une DROPCARD?
Entrez votre code d'accès ici

Abonnez-vous à notre liste d'envoi.  >

NOUVEAU CLIP POUR KORIASS

26 mai 2016

À L’AUBE D’UNE SÉRIE DE CONCERTS ESTIVALE DANS LE CADRE D’ÉVÉNEMENTS MAJEURS ET APRÈS AVOIR ÉTÉ FAIT LAURÉAT DU PREMIER PRIX DE L’HOMME D’INSPIRATION — DÉCERNÉ LA SEMAINE DERNIÈRE PAR LA FONDATION Y DES FEMMES DE MONTRÉAL —, KORIASS RÉITÈRE AVEC « BLACKLIGHTS », UNE POIGNANTE DEUXIÈME VIDÉO SIGNÉE NICO ARCHAMBAULT

Au travers des corps tordus sur la piste, masse aux contours diffus sous l’éclairage rouge-bleu de l’after-hour, une jeune femme avance doucement, presque sereine, vers le fond de la pièce où Koriass semble s’être échu. Frêle, lointaine, ingénue, la voix retenti de nouveau, « mais, t’es où pendant tout ce temps » — un échantillon de la lyrique « Un trou noir au bout d’un appât » des Sœurs Boulay que l’on peine à reconnaître tant il semble appartenir ici à la trame. Deuxième extrait du long jeu saisissant Love Suprême qu’il faisait paraître au printemps dernier — et dont le spectacle sera présenté en supplémentaire au Club Soda le 18 juin prochain dans le cadre des FrancoFolies de Montréal —, « Blacklights », est d’une force rare ; réécriture mélodique du récit d’une mort triste publié au long par le rappeur dans le magazine Urbania au mois d’avril 2015.

La réminiscence, évoquée en chair et en os par le chorégraphe et réalisateur Nico Archambault, soutenu par l’équipe de Roméo & Fils, empoigne, au ventre, donnant aux images d’une grande beauté d’horribles couleurs. Lumineuse, quoique noire, la pièce fait écho au destin tragique d’une fille perdue, d’une vie ordinaire devenue drame. « […] j’évite de regarder dans l’eau, sachant que je suis impuissant à la vue de mon amie qui coule au fond, déjà beaucoup trop tard pour lui tendre la main », écrivait Koriass en guise de chute dans les pages du magazine montréalais. On comprend ici entre les lignes du refrain réverbéré, tout comme dans le regard apaisé de la jeune fille, sur la pellicule, que le temps, si on le saisit, est aussi synonyme de nouveaux possibles.

 


KORIASS, HOMME D’INSPIRATION

18 mai 2016

La Fondation Y des femmes de Montréal a dévoilé ce matin les noms des récipiendaires des 23e Prix Femmes de mérite. Uniques en leur genre, ces prix sont décernés chaque année depuis 1994 dans 11 catégories, en plus de celle de la Femme d’exception, à des femmes inspirantes dont les réalisations ont un impact dans notre société. Cette année, pour la première fois, deux autres prix se sont ajoutés, soit le prix Coup de cœur du Y des femmes de Montréal ainsi que celui de l’Homme d’inspiration.

Félicitations à Koriass, qui recevra le prix Homme d’inspiration le 27 septembre prochain afin de souligner son engagement et sa prise de position en tant que féministe.

Pour plus de détails : http://bit.ly/1U02M3z


PREMIÈRE EXPOSITION PHOTO POUR SAMIAN

13 avril 2016

Enfant de la terre est la toute première exposition consacrée aux œuvres photographiques de l’artiste Samian et aura lieu à la Salle d’exposition de la Place des arts du 15 avril au 22 mai prochain.

En 2012, Samian se découvre une passion pour la photographie. À l’occasion de ses voyages, il se fait observateur du quotidien des gens. Il troc les mots pour les images et continue de témoigner d’autres réalités, de condition humaine. En poésie comme en photographie, l’humain demeure au centre de sa démarche artistique.

La présentation de l’exposition Enfant de la terre est en lien étroit avec un projet de médiation culturelle pour adolescents initié par la Place des Arts, également productrice de l’exposition. Certaines photos prises à l’occasion de ce projet font partie de l’exposition.

Visionnez la capsule réalisée par La Fabrique Culturelle: https://t.co/O0lKkURYsh